Réalisé par Sherif El Bendary

Egypte, France | Comédie dramatique | 2017 | 01h38 | VOST FR

Avec Ali Sobhy, Ahmed Magdy, Salwa Mohamed Ali

Quand Ali rencontre Ibrahim. 
Ali, d’un tempérament jovial, voue un amour inconditionnel à Nada, sa chèvre. Sa mère ne le comprend pas et décide d’envoyer Ali chez un guérisseur. Il y rencontre Ibrahim, un ingénieur du son qui souffre d’acouphènes qui parasitent son travail et sa joie de vivre. Ali, Nada et Ibrahim entreprennent un voyage thérapeutique qui les conduira d’Alexandrie au Sinaï et qui bouleversera leur vie.

Critiques

L’Humanité
par Maxime Lerolle
Ali, la chèvre & Ibrahim se montre à la fois joyeux et sarcastique, à l’image du très drôle premier plan : un long plan-séquence en caméra à l’épaule fixe un ours en peluche rose promené dans les rues du Caire sous les regards amusés des passants.

Télérama
par Cécile Mury
Filmés entre dure réalité et ­rêverie douce, les comédiens Ali Sobhy et Ahmed Magdy se complètent avec grâce. Ce duo paumé, inspiré, déborde de tendresse et de poésie loufoque, sans jamais forcer le trait. Déguisée en road-movie, une vraie aventure intérieure.

Le Nouvel Observateur
par François Forestier
Premier film de Sherif El Bendary, professeur à l’Académie des Arts et du Cinéma du Caire, cette comédie un peu surréaliste panache l’humour, l’absurde et l’émotion. C’est charmant et sympathique. El Bendary tourne actuellement une série sur les Frères musulmans ; on l’attend avec curiosité.

Positif
par Fabien Baumann
Sherif El Bendari ne réussit pas entièrement son passage au long-métrage. L’intrigue traînaille et le sentiment l’emporte trop souvent sur l’ironie, mais le tableau absurde que le cinéaste dresse de son pays amuse, séduit, réconforte.