Réalisé par Léa Mysius

France | Comédie dramatique | 105 | VF

Avec Noée Abita, Laure Calamy, Juan Cano

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Critiques

Critikat.com
par Juliette Goffart
Dans le paradis désenchanté et brûlant de l’adolescence, Ava est une formidable héroïne, à la fois courageuse et sensuelle, fonçant vers l’être aimé comme une comète noire à travers l’adversité du monde.

Culturopoing.com
par Carine Trenteun
« Ava » révèle une actrice et confirme une réalisatrice. À travers cette quête de liberté romanesque et cette histoire d’amour qui ré-enchante le monde, elles nous envoûtent par cet univers inventif, sensuel et magnétique.

Le Figaro
par La Rédaction
Un premier long-métrage parfaitement maîtrisé.

Le Nouvel Observateur
par Nicolas Schaller
Il y a, dans ce film encore vert (la seconde moitié, en mode « Bonnie et Clyde » buissonnier, tire à la ligne) mais diablement sensuel, mieux qu’un ton, un regard. Audacieux, transgressif même, et plus que prometteur.

Les Inrockuptibles
par Bruno Deruisseau
Tout en maîtrise dans sa représentation d’une sexualité qui s’éveille, le film s’autorise des moments plus relâchés de pure beauté plastique et sensuelle, notamment dans ces scènes où Ava se retrouve démunie face aux vagues de l’océan.

L’Humanité
par Maxime Lerolles
Un premier long métrage fascinant et riche de promesses.

Libération
par Luc Chessel
Fort d’un usage sensible de la musique, le premier film entêtant de Léa Mysius retrace l’été d’une adolescente qui devient aveugle.

Télérama
par Jacques Morice
C’est un festival des sens, que la mise en scène décuple, en déployant musique (de la contrebasse percutante à l’envol d’une mélopée électro hispanisante, la BO est un régal !), couleurs saturées, élans et effets de ruptures.