Réalisé par Mariano Cohn, Gastón Duprat

Argentine | Comédie | 2017 | 01h57 | VOST FR

Avec Oscar Martinez, Dady Brieva, Andrea Frigerio

 
L’Argentin Daniel Mantovani, lauréat du Prix Nobel de littérature, vit en Europe depuis plus de trente ans. Alors qu’il refuse systématiquement les multiples sollicitations dont il est l’objet, il décide d’accepter l’invitation reçue de sa petite ville natale qui souhaite le faire citoyen d’honneur. Mais est-ce vraiment une bonne idée de revenir à Salas dont les habitants sont devenus à leur insu les personnages de ses romans ?

Critiques

Critikat.com
par Nicola Brarda
« Citoyen d’honneur » n’est pas une comédie : son humour grinçant est plutôt celui d’un rictus qui révulse ou suscite un sourire gêné, comme l’image des « succulentes » têtes d’agneaux (souriantes, elles aussi) qu’Antonio, l’ancien meilleur ami de l’écrivain, veut lui servir à dîner.

Le Figaro
par Marie-Noëlle Tranchant
Où finit la caricature, où commence la vie ? « Citoyen d’honneur » se tient dans cette ambivalence qui rappelle la grande comédie italienne, féroce et burlesque, grinçante et indulgente. Avec, au sommet, l’excellent Oscar Ramirez, justement récompensé par le prix d’interprétation à la dernière Mostra de Venise.

Les Inrockuptibles
par Serge Kaganski
Commencé comme une comédie acide, « Citoyen d’honneur » vire à la fable kafkaïenne de plus en plus sombre, mettant le doigt sur une des plaies les plus vives de nos sociétés contemporaines et appuyant bien fort pour conjurer le mal, transformant le rire en rictus inquiet.

Marianne
par Danièle Heyman
(…) un précipité d’intelligence sarcastique, une réflexion aussi réjouissante que caustique sur la volatilité de la réalité et la réalité de la fiction.

Télérama
par Jacques Morice
Sur fond de différences culturelles, de rancoeur sociale et sentimentale, la réussite de cette satire, cruelle mais tendre, tient au mélange de générosité et de lâcheté du héros.

Libération
par Gilles Renault
Depuis le début des années 90, bras dessus bras dessous, les réalisateurs Mariano Cohn et Gastón Duprat alternent docus et fictions au cinéma comme à la télévision. Jusqu’à présent confidentielle à l’export, leur collaboration bénéficie enfin d’un écho à la hauteur d’une inspiration singulière.

L’Humanité
par Dominique Widemann
Les réalisateurs ont su tramer le réalisme presque documentaire aux entrelacs de la fiction. Les situations cocasses savent ne pas blesser. Ils ne transforment pas Daniel en caricature de grand homme condescendant. L’égocentrisme indispensable à l’écrivain ne le dispense pas de mouvements de générosité.