Réalisé par Moritz Siebert, Estephan Wagner

Maroc | Documentaire | 2017 | 01h22 | VOST FR

Avec Abou Bakar Sidibéand

A la frontière marocaine se trouve la ville de Melilla, une enclave espagnole entre l’Afrique et l’Europe. Sur la montagne qui surplombe Melilla, un millier de migrants africains contemplent la barrière qui les sépare de « l’Eldorado ». Abou est l’un d’entre eux-  le filmeur et le filmé. Armé de sa petite caméra il témoigne de sa vie quotidienne et de ses nombreuses tentatives pour sauter la fameuse barrière.  A chaque tentative ratée, après avoir affronté les barbelés, les sprays automatiques au poivre et les autorités agressives, chacun retourne au Mont Gururu, récupérer de la nourriture dans les villages voisins. Chacun de ces hommes tentent de maintenir un semblant de communauté et d’entraide, dans l’espoir de survivre ensemble à ce drama quotidien et de garder confiance aussi bien eux qu’en leur destin.

Critiques

Critikat.com
par Clément Graminiès
[la caméra] permet aux filmés de devenir les acteurs de leur représentation et de leur visibilité.

Télérama
par Pierre-Julien Marest
À plus d’un titre, cette oeuvre hybride invite à la réflexion.

Libération
par François-Xavier Gomez
Le film est nourri de l’imaginaire des migrants, de leur culture, de leur humanité et – beaucoup – de leur humour.

Les Inrockuptibles
par Alexandre Büyükodabas
Si cette place de filmeur-filmé condamne le film à un dispositif formel parfois précaire, qu’une voix off surécrite vient inutilement alourdir, elle permet néanmoins de travailler le réel le plus brut et le plus essentiel à sa source, et de favoriser l’émouvante et salutaire éclosion d’un regard dans l’obscurité.