Réalisé par Sonia Kronlund

Afghanistan, France | Documentaire | 2017 | 01h25 | VOST FR

Avec Salim Shaheen

À une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l’acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d’Afghanistan, est venu projeter quelques-uns de ses 110 films et tourner le 111ème au passage. Ce voyage dans lequel il a entraîné sa bande de comédiens, tous plus excentriques et incontrôlables les uns que les autres, est l’occasion de faire la connaissance de cet amoureux du cinéma, qui fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Nothingwood livre le récit d’une vie passée à accomplir un rêve d’enfant.

Critiques

Cahiers du Cinéma
par Laura Tuillier
Sonia Kronlund parvient à réaliser un film assez vertigineux sur l’éternel désir de fiction des hommes et l’inconscience nécessaire pour l’assouvir.

Le Figaro
par Nathalie Simon
Salim Shaheen compte près de 110 films de série Z dans son curriculum vitae. Débonnaire, râleur, corpulence d’un bon vivant, il joue, chante et se déhanche devant l’objectif avec un plaisir évident. Plaisir partagé.

Libération
par Luc Chessel
Sonia Kronlund et Salim Shaheen, chacun étant le double de l’autre, cherchent l’intéressant à l’état pur, et ils le trouvent à chaque pas : là où il suffit de bien savoir raconter les histoires pour qu’elles prennent une place dans le réel.

Télérama
par Jérémie Couston
C’est aussi un cinéma guérilla, tourné avec les moyens du bord, dans des terrains vagues ou au beau milieu de la campagne, où Salim Shaheen débar­que avec sa clique en racontant, à chaque fois, que sa mère vient du village en question, pour se mettre les habitants dans la poche.

Positif
par Ariane Allard
Vient un moment où l’on aimerait qu’un brin de profondeur – et de vérité – succède à cette gesticulation permanente. Bref, que Salim le bonimenteur accepte d’ôter (un peu) son masque. Il permettrait, alors, au film de Sonia Kronlund de décoller tout à fait.